L’éthique : valeurs et principes

L’hospitalité, le respect, la citoyenneté, la laïcité, la responsabilité : cinq valeurs et principes guident l’action des centres d’animation.

L’hospitalité résume l’esprit des centres d’animation dont la première mission est l’accueil des personnes, avec dignité, estime, reconnaissance et enthousiasme. L’hospitalité est l’art et la manière d’accueillir, de recevoir, avec amabilité et bienveillance, de prendre soin de l’autre.

Le respect des autres et de son environnement se vit par des actions collectives prenant en compte les individualités en respectant le potentiel et la personnalité de chacun. L’association participe activement à lutter contre le sexisme, rappelant l’égalité des droits des hommes et des femmes.

La citoyenneté, en lien avec l’animation socioculturelle, pose un vrai enjeu de société : lutter contre une tendance au séparatisme social, à l’entre soi de certaines personnes qui cherchent à se retrouver entre elles et à éviter, voire en évincer d’autres. C’est informer, éveiller l’esprit critique, animer une démarche de participation. Faire citoyenneté, c’est créer du lien social, faire société, se préoccuper que chacun ait une place reconnue par les autres.

En écho à l’éco citoyenneté, les centres d’animation proposent des actions d’éducation à l’environnement et au développement durable, en particulier à partir de la ferme pédagogique.

La laïcité est un principe universaliste d’organisation de la cité, celui de la séparation, qui émancipe l’ensemble des institutions publiques, et tout d’abord l’État, des Églises, tout en libérant celles-ci de toute ingérence politique. La laïcité est inscrite dans l’histoire et les statuts de l’ACAQB, dans le sens d’une humanité universelle qui reconnaît la personne libre et titulaire de droits et de devoirs identiques à ceux de ses semblables. L’émancipation se construit en dehors des déterminismes idéologiques et religieux par l’éducation pour l’essentiel. L’association soutient l’affirmation de l’autonomie de la pensée individuelle, la liberté de conscience, de croire ou de ne pas croire ou de s’interroger, la raison critique pour aider à comprendre le monde tel qu’il est afin de favoriser l’élaboration de perspectives visant à sa transformation. Le devoir de l’association est de transmettre la laïcité comme un héritage précieux aux nouvelles générations. C’est le devoir de tous les républicains.

La responsabilité signifie « se porter garant, répondre de ». En ce sens la conscience d’appartenir à un groupe, à une société nous engage à être responsable de nos actes vis-à-vis des autres. Qui est responsable de quoi, de qui ? Comment faire en sorte que chacune et chacun se sente responsable pour une grande part de la vie en société ? Comment cultiver la responsabilité ?

La pédagogie du vivre ensemble : accueil,
écoute et accompagnement, des lieux ouverts sur les autres

« Soyez les bienvenus »
Une personne franchit le seuil de la porte d’un centre d’animation. La mission d’accueil est primordiale car elle est la première relation avec ce que nous sommes et ce que nous faisons. Échanger, parler de soi, écouter l’autre, exprimer des envies, des inquiétudes ou des questionnements permet de participer à la réalisation de projets individuels ou collectifs…
Le vivre ensemble s’opère à tout moment dans un espace que chacun, chacune, peut s’approprier ou s’identifier et donc respecter.

L’accueil dès l’enfance revêt de multiples formes, loisirs éducatifs, ludiques et culturels, parcours de découverte et d’expressions.

L’accueil non formel des jeunes de 12 à 25 ans
Les objectifs sont simples. Proposer aux jeunes un espace ouvert et gratuit qui offre des possibilités de rencontres et d’accompagnements multiples entre jeunes et avec des partenaires. Il n’y a pas de jugement dans cet espace où l’empathie n’est pas de la connivence et où la neutralité n’est pas de l’indifférence. La cohésion sociale et les liens intergénérations participent à co construire le vivre-ensemble.

L’accueil et les projets d’animation avec et pour des adultes et familles
Les centres d’animation sont des espaces de rencontres ouverts à tous, inscrits dans la vie locale. Ils permettent aux personnes de participer à l’amélioration de leurs conditions de vie, au développement de l’éducation et de l’expression artistique et culturelle, au renforcement des solidarités et des relations de voisinage, à la prévention et la réduction des exclusions, dans une démarche adaptée aux problématiques socioculturelles.

L’art et la culture

L’ACAQB s’investit avec nombre de partenaires dans des projets artistiques et culturels, vers l’excellence, avec exigence, pour d’une part permettre aux adhérents de tous âges d’accéder à des activités de grande qualité mobilisant des ressources humaines et techniques importantes et d’autre part favoriser la mobilité des personnes entre les quartiers avec des projets fédérateurs favorisant la mixité.

L’ACAQB anime des pôles d’excellence
  • Le court brouillon, écriture, lecture et multimédia à Saint Pierre (Bordeaux centre)
    dont une bibliothèque de 5 000 livres pour l’essentiel liés à l’ouverture au monde
  • Les arts du cirque à Queyries (Bordeaux Bastide)
  • La danse à la Benauge (Bordeaux Bastide)
    en lien avec le pôle en développement « cultures urbaines » (Argonne Nansouty Saint-Genès)
  • Les arts plastiques et l’artisanat d’art à Monséjour (Bordeaux Caudéran)
  • La ferme pédagogique/pôle environnement aux Aubiers (Bordeaux maritime)
  • La Ludothèque au Grand Parc (Bordeaux Chartrons Grand Parc jardin public)
et participe au projet
  • Les arts de la parole avec Chahuts à Saint-Michel (Bordeaux sud)
L’ACAQB conduit et/ou participe à des projets partagés

Parmi les principaux :
Démos avec la Philharmonie de Paris et l’Opéra national de Bordeaux
L’arbre à chansons avec le groupe Calame
Le carnaval des 2 rives avec Musiques de nuit/le Rocher de Palmer et la Rock School Barbey
La fête nationale du jeu

L’ACAQB participe avec la ville à

La fête de l’Europe avec la Maison de l’Europe Bordeaux Aquitaine
La commémoration de la déclaration universelle des droits de l’enfant avec l’Unicef
Cap associations
Agora

L’ACAQB organise des festivals
  • Un quartier qui bouge/mai-juin (Bordeaux Sud)
  • Queyries fait son cirque/juin (Bordeaux Bastide)
  • Clair de Bastide, avec les centres d’animation Argonne Nansouty Saint-Genès et Bastide Benauge / juin
    (Bordeaux Bastide)
  • Bacalafiesta à Bacalan/juillet (Bordeaux Maritime)
  • Monséjour fête la musique/juin (Bordeaux Caudéran)

L’éducation tout le long de la vie

Accompagner la scolarité, s’approprier la langue française, participer à des projets environnementaux et éco citoyens, à des espaces d’éveil, de découvertes, d’activités éducatives, artistiques et culturelles, d’animation physique, sportive et de plein air, de loisirs, permettent aux adhérents de toutes les générations de s’épanouir, d’apprendre, de s’enrichir.
« Personne n’éduque autrui, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde » (Paolo Freire).

L’ouverture au monde, à l’autre, à la diversité culturelle

L’ACAQB partage cette définition du lien social au sens du « sentiment d’appartenir au même monde dont on partage les références, les valeurs et le patrimoine ». L’Unesco caractérise la diversité culturelle par « une définition élargie de la culture qui, outre les arts et les lettres, englobe les modes de vie, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances, les façons de vivre ensemble ». L’ACAQB affirme que la diversité culturelle est indissociable d’un socle de valeurs communes. Comment assurer un bon vivre ensemble entre des personnes d’horizons culturels variés au sein d’un même espace et soutenir une diversité créatrice ? L’Unesco incite à réfléchir à une éthique de la diversité culturelle. En quoi et comment des valeurs, des principes, des rencontres, des projets, des actions, permettent-ils à chacune et à chacun de se reconnaître dans une humanité commune ?

La coopération décentralisée entre Oran et Bordeaux

Depuis 2008, l’ACAQB et l’association algérienne Santé Sidi El Houari (SDH) à Oran développent des projets de formation à l’animation socioculturelle et à la vie associative avec, pour et par des jeunes.
Encourager le bénévolat, l’engagement associatif et l’exercice de la citoyenneté par la participation de la société civile au développement socioculturel local, pour le renforcement des capacités des acteurs de l’animation socioculturelle de la cité, telle est la philosophie des partenaires réunis. Apprendre de l’autre dans un esprit d’ouverture, de respect, d’hospitalité et de responsabilité citoyenne partagée pour une vie associative et socioculturelle animée, solidaire, telles sont les valeurs qui guident les trois projets réalisés (le projet 2016-2019, NIYA, pour une culture de la paix est en cours d’écriture) et l’action.
Les partenaires réunis sont : la mairie de Bordeaux, l’Assemblée populaire communale d’Oran, la Wilaya d’Oran, le département « carrières sociales » de l’IUT Michel Montaigne, l’Université d’Oran, SO coopération, dans le cadre du programme Joussour du ministère français des affaires étrangères et européennes, avec le comité français de solidarité internationale (CFSI).

L’engagement associatif des personnes bénévoles

400 personnes dans la gouvernance et dans l’action

Adhérer à une association est un engagement cultivé à la mesure de chacun.
Répondre à un besoin de partage, d’action, pour une satisfaction personnelle, voir d’autres horizons, apprendre à apprécier d’autres cultures, rencontrer de nouvelles personnes, d’autres intérêts, s’intégrer dans une équipe et « bien le vouloir », qui pour se sentir utile, une expérience sur un curriculum vitae, qui pour une formation… Les raisons sont multiples qui font décider des personnes de rejoindre une association qui avance un projet particulier.
Ce désir de participer à un projet qui avance et de faire avancer ensemble des personnes, ce besoin que les choses bougent, que sa propre voix porte et se fasse entendre, ce désir d’exercer une responsabilité dans une microsociété, peut profondément motiver. En fait, cette microsociété qu’est une association montre un exemple à la société, porte le désir de faire avancer des idées dans la cité.
Les bénévoles dans la gouvernance et dans l’action représentent 400 personnes.

La gouvernance de l’ACAQB

L’assemblée générale rassemble les membres du Conseil d’administration et des Comités d’animation dont nombre de partenaires (300 personnes).

Le bureau et les membres du Conseil d’administration
Le conseil d’administration se compose de 32 personnes présidentes et présidents bénévoles des comités d’animation, élus, représentants d’institutions, partenaires et 4 jeunes mineurs dont 2 sont titulaires avec voix consultative.

Les comités d’animation

Les 11 comités d’animation sont les piliers majeurs de l’engagement bénévole citoyen dans chaque centre d’animation. Ils permettent aux adhérents d’exprimer leurs expériences, leurs attentes et leurs suggestions, dans le sens de citoyens investis dans une démocratie de participation.
Ils associent adhérents, partenaires institutionnels et associations locales. « Les comités d’animation ont pouvoir de propositions qu’ils soumettent au conseil d’administration. Ils examinent et se prononcent sur tout projet pouvant avoir une incidence sur l’animation générale des centres ».

Le(s) collectif(s) jeunes des centres d’animation

Le collectif jeunes est un espace d’apprentissage du vivre ensemble, de l’engagement et de la citoyenneté. Ce projet s’inscrit dans une visée à long terme et donne le temps aux jeunes de construire leur propre mode d’engagement au sein de l’association, de leur centre ou de leur quartier. 4 jeunes participent au conseil d’administration.
Le nombre et la qualité des actions mises en place ces dernières années sont significatifs de l’engagement d’une trentaine de jeunes de 12 à 17 ans de différents quartiers et de leur volonté de s’investir. La solidarité est le fil rouge de l’action. Les jeunes font montre de motivation, d’altruisme et de générosité. Le groupe s’organise dans le plaisir de se retrouver pour échanger : organisation de repas de solidarité, de week-end, de jeux pour la fête de l’Europe, de soirées dansantes…
L’expérience s’élargit à chacun des centres. Les collectifs jeunes de plusieurs quartiers se rencontrent et participent ensemble aux actions.

Être adhérent de l’ACAQB

La carte d’adhésion est disponible dans tous les centres d’animation. Elle est valable une année, du 1er septembre au 31 août de l’année suivante. Elle permet de fréquenter tous les centres de l’association, donne accès aux différentes activités qui y sont proposées, et permet de participer en tant que bénévole aux comités d’animation et aux actions mises en œuvre.

Tarif annuel
• enfant (3 à 12 ans) 3 €
• jeune (12 à 17 ans) [3 € + 3 € de cotisation d’accueil] 6 €
• adulte (plus de 18 ans) 9 €
• famille/groupe/association 15,50 €

Les ressources partenariales

500 partenaires sont aux côtés de l’ACAQB : des acteurs culturels, sociaux, socioculturels, éducatifs, sportifs, d’éducation à l’environnement, au cadre de vie, à la santé, de la formation, de l’emploi, des bailleurs…
Parmi les partenaires artistiques et culturels, l’Opéra national de Bordeaux, les bibliothèques et musées de Bordeaux, le Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine (TnBA), le Conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaud, La Compagnie Hors Série, Le Rocher de Palmer/Musiques de Nuit, Chahuts, l’Institut départemental de développement artistique et culturel (IDDAC), les Petits débrouillards Aquitaine ainsi que de multiples associations et compagnies.
Parmi les partenaires sociaux, socioculturels et éducatifs, des clubs seniors, les Maisons départementales de la solidarité et de l’insertion (MDSI), le Centre communal d’action sociale (CCAS), les clubs de prévention – le comité d’animation Lafontaine Kléber (CALK) et l’Union bordelaise des associations de prévention spécialisée (UBAPS) -, des Maisons de quartiers, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA Bordeaux Gironde), l’Association des ludothèques de France : ALF – Aquitaine.
Parmi des partenaires, à ce jour, de relations internationales, le ministère français des Affaires étrangères et européennes, le comité français de solidarité internationale (CFSI), l’assemblée populaire communale (APC) d’Oran, l’association oranaise Santé Sidi El Houari, Cités Unies France, SO coopération, la Maison de l’Europe de Bordeaux-Aquitaine. Parmi les partenaires d’éducation à l’environnement, la Maison écocitoyenne, les Jardins d’aujourd’hui, Surf Insertion.
À noter le riche partenariat avec l’université Michel de Montaigne, l’IUT département carrières sociales.